Tribune

RDC : Comment Felix Tshisekedi s’est débarrassé de Kabila. [Tribune de lekinois.cd]

C’est donc officiel, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement vient de déposer sa démission et celle de tout son gouvernement.

Reçu aujourd’hui par le Président de la République, Le Chef du Gouvernement a donc remis sa démission conformément à la Constitution après l’adoption de la motion de censure par l’Assemblée Nationale.

Cette demission arrive donc après la saga politique qui a commencé depuis la collecte des signatures jusqu’à l’adoption par l’Assemblée Nationale. Laquelle fin confirme désormais que le Président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo possède une majorité à la chambre basse du Parlement congolais. Laquelle majorité confirmée par son informateur Bahati Lukwembo.

Il peut donc, désormais, nommer un autre Premier Ministre à date de ce jour et ainsi mettre en place un gouvernement de l’Union Sacrée pour la Nation. Son deuxième gouvernement depuis cette fois-ci sans le clan Kabila.

RDC : Felix Tshisekedi va diriger sans Kabila, deux ans après son investiture.

Personne ne pouvait imaginer que ce jour allait arriver, avec la victoire écrasante du Front Commun pour le Congo de Joseph Kabila aux élections législatives du 30 décembre 2018, Felix Tshisekedi était contraint de former une COHALITION avec le FCC pour former son premier gouvernement.

Sujets de blocage pour certains, éléments de freinage pour les autres, seuls les acolytes de Kabila continuaient à croire à la « béatification » des œuvres des ministres proches de Kabila dans le Gouvernement Ilunga. Le peuple, quant à lui, n’attendait que la « rupture » et ne savait pas comment le président de la république devrait parvenir à mettre fin à cet engrenage du FCC qui ne cessait de le retenir prisonnier de l’accord de nuit qu’il aurait signé avec Kabila à « Kingakati » (ndlr : endroit de Kabila dans les périphéries de Kinshasa, à l’ouest.

Tout va de la destitution de Mabunda, ancienne présidente de l’Assemblée Nationale et proche de Kabila, où les pétionnaires ne demandaient que sa tête et son bureau au perchoir de l’hémicycle du Parlement.

Mabunda partie, la cible était de faire partir le Premier Ministre, Silvestre Ilunga, un autre proche de Kabila devenu Chef du Gouvernement suite à l’accord FCC-CACH.

Tout commence par les consultations initiées par Felix Tshisekedi, lesquelles consultations aboutiront à la fin de coalition FCC-CACH et de la création de l’Union Sacrée pour la Nation ainsi du lancement de la machine sensée destinuer Ilunga et son gouvernement.

« Je décide de mettre fin à la coalition FCC-CACH… » avait-dit le Président de la République lors de son discours de restitution des assises de consultations organisées au Palais de la Nation.

Retirant sa confiance au Gouvernement et son Premier Ministre, ce dernier était appelé à démissionner de son poste. Chose qui n’a pas été faite par le Chef du Gouvernement. C’est ainsi que la machine Assemblée Nationale sera déclenchée à sa tête, le Bureau d’âge dirigé par le doyen en âge MBOSO et les signatures des pétitions par les députés nationaux.

Des réunions vont suivre entre temps afin de consolider l’Union Sacrée pour la Nation, Felix Tshisekedi réussira à réunir au tour de lui, des hommes et des femmes issus de toutes tendances politiques, plus de 300 députés. Parmi lesquels se trouvent ceux qui ont signé la motion de censure du Premier Ministre afin de permettre au Chef de l’Etat de nommer un autre animateur à la tête de la Primature sans demander l’accord de Kabila.

Session extraordinaire convoquée, des controverses autour des 12 millions réclamés par le Bureau d’âge, vite la rumeur va s’éteindre sans qu’il y ait répression totale, à l’ordre du jour, contrôle parlementaire (destituer le Premier Ministre).

Convoqué pour se défendre contre la motion de censure, le Premier Ministre va choisir d’aller demander l’avis de Kabila au Katanga. Dans l’entre temps, un report, mais ça ne durera pas, le jour suivant, il a été destitué sans qu’il se présente au Parlement, avec la présence de quelques membres de son gouvernement, proches notamment de l’Union Sacrée de Felix Tshisekedi.

La rupture est consommée, le Premier Ministre dit ne pas reconnaître du bureau d’âge la compétence d’examiner une motion de censure contre lui et son gouvernement. Position sur laquelle il ne tiendra pas assez jusqu’à se rendre disponible à démissionner.

Dans un communiqué lu par le Porte-Parole du Premier Ministre le 28 janvier, ce dernier prenait acte de la démarche des députés nationaux élus lors des élections présidentielles de 2018 tout en signifiant qu’il n’a pas été notifié quant à l’adoption de la motion par la chambre basse du parlement.

Notifié, le Premier Ministre vient ce jour déposer sa démission au près du Président de la République donnant ainsi chemin à ce dernier de diriger sans Kabila et tout son clan. Les plus fidèles de Kabila se déclarent déjà dans l’opposition et donc prêts à rester aux côtés de leur Autorité morale.

Felix Tshisekedi pourra donc désormais diriger sans ombrage de Kabila et ceci, pour lui permettre de mettre en place son projet de société.

Sans écoulement du sang, ni les armes, Felix Tshisekedi vient de se débarrasser de Kabila et son clan dans un calme total et sans bruit aucun.

La page Kabila désormais tournée.

La rédaction

Articles similaires

3 commentaires

  1. It’s truly a great and useful piece of information. I am glad that you simply shared this useful information with us. Please keep us up to date like this. Thank you for sharing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :